PT EN FR
Région
retour

Située dans le Nord-Est du Portugal, dans le bassin hydrographique du Douro, entourée de montagnes qui lui confèrent des spécificités pédologiques et climatiques particulières, la région s´étend sur un total de 250 000 ha et est divisée en trois sous-régions que distinguent clairement leurs caractéristiques à la fois climatiques et socio-économiques.

Ces caractéristiques, propres à la région du Douro, conditionnent l´exploitation économique des ressources naturelles et les activités qui s´y développent.

Jadis, seule la zone du Haut-Douro était largement occupée par la vigne, raison pour laquelle les auteurs employaient la désignation de Haut-Douro pour désigner les vignobles correspondant aujourd´hui au Bas-Corgo et au Haut-Corgo.

Les limites originales de la délimitation séparaient le Haut-Douro du Douro Supérieur au niveau de Cachão de Valeira. Cette division s´expliquait par un accident géologique : le monolithe de granit se trouvant dans le fleuve rendait impossible toute navigation au-delà de cet obstacle. La différence de développement de ces deux zones était évidente ; il suffisait de constater l´abondance de vignes dans le Haut-Douro par rapport à celles du Douro Supérieur.

Avec la réforme administrative de 1936, la région du Haut-Douro fût rebaptisée Bas-Corgo et Haut-Corgo, ce qui, entre autres choses, permit de distinguer les vins provenant de l´une et de l´autre de ces sous-régions.

Les plus larges étendues de vignobles se trouvent dans le Bas-Corgo, soit 29,9% de la superficie de la sous-région qui commence à Barqueiros sur la rive Nord et à Barrô sur la rive Sud et se prolonge jusqu´au confluent des fleuves Corgo et Ribeiro de Temilosos avec le Douro.

Le Haut-Corgo s´étend en amont jusqu´à Cachão de Valeira mais la superficie occupée par la vigne y est moins importante. Quant au Douro Superieur, il se prolonge jusqu´à la frontière espagnole.

 

STRUCTURE FONCIÈRE

La vigne occupe dans la région près de 15,4% de la superficie totale.

La zone de vignobles est exploitée par près de 33 000 viticulteurs dont chacun possède, en moyenne, 1 hectare de vigne. Ce sont les petits producteurs qui pèsent de tout leur poids sur la production de vin de Porto.

Ces petites parcelles sont dispersées sur l´ensemble de la région tandis que les grandes exploitations se trouvent surtout dans le Douro Supérieur.

 

LES SOLS

En ce qui concerne la nature originale des sols, la majeure partie de la région délimitée, en particulier tout au long de la vallée du Douro et de ses affluents, correspond à la formation géologique appelée « complexe de schistes et de grauwackes anté-Ordovicien », bien que l´ensemble de la région soit entouré d´une formation géologique de nature granitique. Les sols sont donc essentiellement composés de dérivés de schiste et du complexe ci-dessus nommé et se répartissent en deux groupes principaux: 

(I) - Les sols où l´intervention de l´homme est très marquée, par exemple par les travaux de défoncement et de terrassement qui précèdent la plantation de la vigne et provoquent la désagrégation forcée de la roche et par conséquent le creusement de la strate et la modification de la morphologie originale, doublée de l´emploi de fertilisants. Ces sols composent la majeure partie de la superficie occupée par la vigne et sont désignés, par l´OAA/UNESCO (1988) par Anthrosols ariques. Ces strates sont composées d´une couche Ap (anthropique) d´épaisseur variable, selon la profondeur creusée (1,00 m à 1,30 m) et de l´emplacement des terrasses, habituellement assez rocailleuses, suivies de la roche (R). En règle générale la couche Ap se scinde en deux. La première couche, de 25 cm, est le résultat des travaux aratoires de la vigne et la seconde correspond à la partie restante et se termine à la roche mère. Elles se répartissent en deux subdivisions principales, ditrique et eutrique, selon qu´il s´agit d´une réaction acide ou plutôt neutre.

(II) - Un second groupe constitué d´unités-sols où l´intervention de l´homme a été plus modérée, où le sol a conservé son profil original puisque seules les couches supérieures ont été dérangées. Dans ce groupe et selon la topologie utilisée précédemment, il existe trois unités principales :

(a) Leptosols - unités-sols dominants dans les zones qui ne sont pas plantées de vignes, constitués de sols caractérisés surtout par la présence de roche dure à moins de 30 cm de profondeur, généralement de profil ACR ou de moindre extension ABwCR et répartis en trois sous-ensembles : lithique (les plus fins), ditriques (acides), umbriques (acides et riches en matière organique dans les zones les plus élevées) et dans une moindre mesure, eutriques (peu acides et dont on trouve quelques exemples dans le Douro Supérieur) ;

(b) Cambisols - sols de plus de 30 cm d´épaisseur, généralement constitués par une succession de couches ABwCR, dont l´existence d´une couche cambique (Bw). Ils se divisent en deux sous-groupes principaux : ditriques et eutriques selon leur réaction (cf. Leptosols).

(c) Fluvisols - Il s´agit de sols constitués à partir des résidus d´alluvions récents, situés sur des zones de dépôt de sédiments. Géographiquement limités, leur plus forte concentration se trouve dans le Vale da Vilariça. Tout comme les sols décrits précédemment, ils se répartissent en sols acides et sols alcalins.

Quant aux caractéristiques physico-chimiques des sols, les traits dominants sont les suivants : (i) les textures les plus répandues sont la limono-sableuse fine et la limono-sableuse avec un taux élevé d´éléments grossiers (graviers et cailloux) dans les anthrosols, tant à la superficie que dans la strate. Ces facteurs constituent une protection contre l´érosion hydrique, autorisent une bonne pénétration des racines et de l´eau et un taux élevé d´absorption d´énergie rayonnante avec des conséquences positives sur la maturation et sur la diminution de l´amplitude thermique pendant la journée; (ii) une faible teneur en matière organique de la région (1,5%); (iii) une prédominance de la réaction acide (pH H2O entre 4,6 et 5,5) et dans une moindre mesure, peu acide (pH H2O entre 5,6 et 6,5), dans les deux cas avec de faibles taux d´échange de calcium et de magnésium; (iv) de faibles niveaux, voire très faibles en phosphore assimilable.

 

LE CLIMAT

La particularité du Douro réside dans sa localisation géographique. Il est, en effet, particulièrement sensible à la présence des montagnes de Marão et de Montemuro qui érigent une protection contre les masses d´air humide venant de l´Ouest. Riche en vallées profondes abritées par le relief montagneux, la région est réputée pour ses hivers rigoureux et ses étés caniculaires et secs.

Les précipitations, réparties inégalement, varient habituellement tout au long de l´année avec un indice plus important en décembre et en janvier (en mars dans certaines régions) et plus faible en juillet ou en août. Pendant les mois les plus pluvieux, les précipitations atteignent 50,6 mm (Barca d´Alva - Douro Supérieur) et 204,3 mm (Fontes - Bas-Corgo). Pendant les mois les plus secs, les précipitations oscillent entre 6,9 mm (Murça - Haut-Corgo) et 16,2 mm (Mesão Frio - Bas-Corgo). Sur une année, le niveau de pluviosité varie entre 1 200 mm (Fontes) et 380 mm (Barca d´Alva) et diminue progressivement de Barqueiros à la frontière espagnole.

L´ensoleillement, facteur physiographique primordial dans la description climatique d´une région, est intéressant dans le Douro à double titre car il permet de mieux comprendre le comportement de la vigne dans diverses situations. La rive Nord du fleuve est sous l´influence de masses d´air sec venant du Sud tandis que la rive Sud qui reçoit des masses d´air plus froids et plus humides, venant du Nord est moins exposée à l´ensoleillement. La température de l´air est plus élevée dans les zones orientées vers le Sud plutôt que vers le Nord. Les températures annuelles varient en moyenne entre 11,8° et 16,5°C. Les plus élevées sont enregistrées dans les zones situées tout le long du fleuve Douro, de ses vallées et de ses affluents, surtout sur la rive droite (celle du fleuve Tua et de la rivière Vilariça). Les amplitudes thermiques diurnes les plus élevées, en moyenne annuelle, sont enregistrées à Barca d´Alva et les moins importantes à Fontelo, ce qui s´explique par la distance qui les sépare de l´océan.


Organisation / Institut des vins du Douro et de Porto, I.P. / Production / EV-Essência do Vinho